Menu Search

L'assurance maladie force le recours aux médicaments génériques

Article publié le 17/07/2012 à 18:59

En ce qui concerne les médicaments génériques, l'assurance maladie a décidé de passer de l'incitation à la menace. Le durcissement du dispositif a été planifié, si le générique est refusé, le tiers payant sera suspendu.

L'assurance maladie force le recours aux médicaments génériques
Publicité

Les médicaments génériques obligatoires

L'assurance maladie a planifié le durcissement du dispositif « tiers payant contre générique », c'est-à-dire que les clients qui refusent le générique doivent payer leur médicament au comptoir, sans avance de frais.

La Caisse primaire centrale d'assurance maladie (CPCAM) voit dans ce dispositif, un outil précieux pour réduire son déficit. Le taux de consommation nationale de générique est de 72 % et avec cette opération, l'organisme espère atteindre les 85 %.

La CPCAM des Bouches-du-Rhône affirme avoir économisé 74 millions d'euros en 2011 grâce aux médicaments génériques, moins couteux que les médicaments « traditionnels ».

La loi « tiers payant contre générique » de 2006 ayant du mal à être appliquée, des sanctions ont été prévues. « Des contrôles de masse sur les pharmacies vont débuter en septembre. Celles qui ne respectent pas le dispositif se verront refuser le remboursement de leurs factures » explique Jacqueline Guillem, cadre à la CPCAM.

La charte d’engagement des Pyrénées-Orientales prévoit tout de même une exception : la mention NS, pour non substituable.

Selon le docteur Christian Vedrenne, de la Confédération des syndicats médicaux français « Il est important que dans certains cas, les médecins puissent prescrire un princeps pour des raisons précises : en cas d’interaction médicamenteuse, ou d’allergie à un excipient du générique » par exemple.

Le prix des génériques trop élevé

Selon le rapport de l'Assurance maladie sur les charges et produits pour l'année 2013, certains médicaments génériques sont plus chers que les médicaments d'origine.

La France serait donc en deuxième position ex æquo avec l'Italie et juste derrière la Suisse en ce qui concerne le prix élevé des génériques.

Ce constat pourrait s'expliquer par le fait que le prix d'un générique est fixé par rapport au prix de lancement du médicament d'origine. Or, ce dernier peut diminuer au bout de 20 ans.

Pour le Gemme (l'association des professionnels du médicament générique), ce serait le coût global de la prescription de médicaments génériques qui serait plus élevé, la prescription pour le traitement d'une pathologie étant plus importante en France qu'à l'étranger.

À propos des actualités

AlloCPAM est un portail indépendant de la CPAM.

La section 'Actualités' donne aux assurés les éléments qui permettent de comprend comment la loi évolue et pourquoi elle a un impact sur leur couverture santé. Retrouvez aussi les initiatives visant à promouvoir les aides de la CPAM.

Publicité