Menu Search

Médicaments et effets indésirables : un système de déclaration en ligne

Article publié le 13/11/2013 à 16:01

La pharmacovigilance est affaire de tous. Depuis le 7 novembre le site internet de l’ANSM, permet aux patients, professionnels de santé et fabricants de déclarer des effets indésirables suite à la prise d’un médicament, à l’utilisation d’un dispositif médical ou d’autres produits de santé.

Médicaments et effets indésirables : un système de déclaration en ligne
Publicité

La déclaration des effets indésirables simplifiée

Depuis le 7 novembre, le site de l’agence nationale de la sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), ansm.sante.fr, permet aux usagers, patients ou professionnels de déclarer l’apparition d’effets secondaires indésirables liés à un traitement ou un médicament.

Par l’intermédiaire de formulaires de déclaration téléchargeables à compléter et à renvoyer par mail ou en format papier par voie postale classique, les autorités simplifient ici une procédure importante, mais jusqu’alors très peu utilisée.

Suivant le type de produits et le rôle du déclarant, les formulaires de déclaration ne sont pas les mêmes. L’ANSM regroupe les dossiers en fonction de la nature du produit présentant des effets secondaires indésirables. Il peut s’agir,

  • d’un médicament ;
  • d’un dispositif médical, de radiothérapie ou de diagnostic in vitro par exemple ;
  • d’autres produits comme des produits de tatouage ; des produits cosmétiques ; des substances ou plantes ayant un effet psychoactif ; etc.

Les formulaires sont ensuite répartis et adaptés en fonction de la nature du déclarant, il peut s’agir,

  • d’un patient ou d’une association de patient ;
  • de professionnels de santé ;
  • de laboratoire pharmaceutique ;
  • de fabricant ou de distributeur.

Les autorités de santé rassemblent ensuite les données collectées puis, suivant l’importance ou la récurrence d’un effet secondaire, entament les procédures normales, de vigilance ou de retrait si besoin du produit ou service responsable

Augmenter la pharmacovigilance

Avec cette nouvelle possibilité, l’ANSM espère augmenter le nombre de signalements de médicaments qui était de seulement 1 000 en 2012.

Cette procédure simplifiée pourrait donc permettre aux Français de s’investir davantage en ce qui concerne la pharmacovigilance puisque selon l’ANSM, les autorités sanitaires « ne reçoivent qu’une partie des effets indésirables qui pourraient être déclarés.

La déclaration des effets secondaires d’un produit médical avait déjà été améliorée il y a 2 ans puisqu’à ce moment-là il fallait passer par un médecin ; or plus la procédure est contraignante, moins elle est pratiquée.

(Image : Flickr - viZZZual.co/CC-by-2.0)

À propos des actualités

AlloCPAM est un portail indépendant de la CPAM.

L'actualité des Caisses Primaire d'Assurance Maladie est relayée régulièrement sur AlloCPAM : mise à jour des lois, montant des remboursements de soins, centres CPAM qui changent d'adresse, événements locaux, etc.

Publicité