Menu Search

Deux médicaments anti-montée de lait sont remis en cause par l’ANSM

Article publié le 31/07/2013 à 18:04

Suite aux effets indésirables graves observés chez certaines jeunes mamans, l'ANSM demande une réévaluation européenne de 2 médicaments utilisés pour stopper la montée de lait. Ces derniers sont aussi utilisés dans le traitement de la maladie de Parkinson.

Deux médicaments anti-montée de lait sont remis en cause par l’ANSM
Publicité

Des effets secondaires cardiovasculaires et psychiatriques

Le Parlodel et le Bromocriptine Zentiva sont 2 médicaments souvent utilisés pour arrêter les montées de lait chez les mamans qui ne peuvent ou ne veulent pas allaiter.

Ces derniers ont récemment attiré l’attention de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) principalement à cause de certains effets secondaires rares, mais pouvant être graves.

Ces médicaments peuvent en effet être responsables d’accidents vasculaires cérébraux, d’infarctus du myocarde, d’hypertension artérielle, de convulsions, d’hallucinations ou de confusion mentale, des effets indésirables déjà « mentionnés dans le résumé des caractéristiques du produit depuis 1994 en France », précise l’ANSM sur son site.

En 2012, une enquête de pharmacovigilance a montré la persistance de ces effets indésirables et l’ANSM a constaté que « ces effets étaient souvent associés à une utilisation du médicament non conforme à la notice : non-respect de la posologie ou des contre-indications ».

L’ANSM demande une réévaluation du rapport bénéfice/risque

Suite à ces constats, l’agence estime que le rapport bénéfice/risque de ces médicaments n’est plus favorable, c’est pourquoi elle demande une réévaluation de ce rapport au niveau européen.

L’organisme rappelle que même si pour certaines femmes, les montées de lait sont douloureuses, le processus s’arrête de lui-même en une dizaine de jours si la maman n’allaite pas, la prise de médicament n’est donc pas obligatoire.

Le Parlodel et le Bromocriptine Zentiva sont aussi utilisés dans le traitement de la maladie de Parkinson, mais dans ce cas, l’ANSM précise que le rapport bénéfice/risque reste favorable. En d'autres termes, pour cette utilisation, ce type de médicament reste recommandable.

  Image : Pixabay (Public Domain CC0)

À propos des actualités

AlloCPAM est un portail indépendant de la CPAM.

Maintenez vous informé des informations récentes sur la CPAM grâce à notre fil d'actualités, celui ci relate les faits importants en lien avec les dispositifs qu'administre la Caisse Primaire d'Assurance Maladie.

Publicité