Menu Search

Une journée nationale pour le don d'organes

Article publié le 22/06/2012 à 12:16

Ce vendredi 22 juin, les professionnels de santé organisent partout en France des ateliers de réflexion sur le don d’organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs.

Une journée nationale pour le don d'organes
Publicité

Un don primordial

Les besoins en greffe d'organes sont de plus en plus importants chaque année. Malgré un fort soutien, les dons réels restent insuffisants.

« En 2011, plus de 16 500 personnes ont eu besoin d’une greffe d’organes pour continuer à vivre ou à mieux vivre, seules 4947 ont pu être greffées » précise le ministère de la Santé.

Pour les autorités sanitaires et l'agence de Biomédecine, cette pénurie est liée essentiellement à deux facteurs : la complexité du processus de prélèvement et de la greffe possibles, uniquement dans certaines conditions médicales d'une part ; et un manque de communication des potentiels donneurs d'autre part.

Sur le premier facteur, il est difficile d'intervenir puisque le prélèvement d'organe n'est possible que pour certains cas de décès.

« L’organe greffé (ou greffon) provient d’une personne décédée en état de mort encéphalique au sein d’un service de réanimation », rappelle le ministère, ajoutant que « cette situation représente à peine plus de 1 % des décès hospitaliers enregistrés en court séjour ».

Une communication nécessaire entre proches

L'agence de Bio-médecine lance ainsi, ce 22 juin, la 12e journée nationale d'information sur le don d'organes, invitant tous les Français à se prononcer sur la question et notamment auprès de leurs proches.

Actuellement, le système médical français fonctionne sur le principe de consentement présumé. Les personnes ne souhaitant pas participer au don pouvant s'inscrire au registre national des refus.

Les personnes non inscrites, à la suite d'un décès intervenu dans des conditions permettant un potentiel prélèvement d'organe, sont ainsi considérées comme des donneurs potentiels par défaut.

Toutefois, un tel prélèvement nécessite l'avis favorable des proches. Comme le rappelle l'agence de Biomédecine, « c’est vers votre famille, les personnes qui partagent votre vie, que les équipes médicales se tourneront pour s’assurer que vous n’étiez pas contre le don avant d’envisager tout prélèvement. Cet échange aura lieu même si vous portiez sur vous une carte de donneur. Il faut savoir que la carte de donneur n’a pas de valeur légale ».

Au cours de cette journée, un peu partout en France diverses animations, conférences et expositions sur le don d'organe seront mises en place pour informer le public sur le don et la greffe d'organe et leur importance.

À propos des actualités

AlloCPAM est un portail indépendant de la CPAM.

La section 'Actualités' donne aux assurés les éléments qui permettent de comprend comment la loi évolue et pourquoi elle a un impact sur leur couverture santé. Retrouvez aussi les initiatives visant à promouvoir les aides de la CPAM.

Publicité